SPUL - Syndicat des professeurs et professeures de l'Université Laval

Table ronde 4341

SPUL

2325, rue de l’Université
Pavillon Alphonse-Desjardins
Bureau 3339
Université Laval
Québec, Canada G1V 0A6

Téléphone : 418.656.2955
Télécopieur : 418.656.5377

spul@spul.ulaval.ca


bandositio

 

titrailleTable

 

sympoTableBigshot

 

Le Syndicat des professeurs et professeures de l’Université Laval (SPUL) a ouvert la discussion sur l’avenir de la recherche universitaire en présentant une table ronde pour faire le point sur la situation.

Dans le contexte des compressions budgétaires, la recherche contractuelle ou orientée est un modèle qui s’impose alors que les scientifiques se partagent de moins en moins de ressources financières. La politique scientifique traverse une crise dont l’issue aura d’importantes conséquences sur l’avenir de la recherche et de la divulgation des résultats.

Une crise politique nationale

bandeausymposiumspul

 

 

   «La politique scientifique au pays, absente des enjeux politiques jusqu’à présent dans cette campagne électorale doit faire l’objet d’une discussion publique».

 

 

crowd3

 

 

Robin VOSE, président de l’ACPPU et modérateur de la table ronde donne la parole à quatre panélistes, tous professeures et professeurs à l’Université Laval, sur le défi de la recherche fondamentale dans un contexte de compressions budgétaires.

 

 


Les participants à la table ronde 

panel2
Les professeurs Robin Voce, Aurélie Campana, Angelo Tremblay, Caroline Duchaine et Louis Bernatchez

 


 

Aurélie CAMPANA, professeure au Département de science politique

 

   «Je travaille sur des objets de recherche qui sont à la mode aujourd’hui. S’afficher comme spécialiste des violences politiques du terrorisme ça rapporte en terme de subventions.

En France, la recherche contractuelle s’est imposée il y a 10 ou 15 ans. Cette tendance qui s’observe au Canada a été observée ailleurs dans d’autres pays».

Aurélie Campana – Écoutez 


 

Angelo TREMBLAY, professeur au Département de kinésiologie, est un expert des questions d’obésité.

 

   « Quand les propositions du secteur privé sont attrayantes, elles ont le potentiel de transformer le chercheur en hommes d’affaires.

En général, la recherche financée détermine un contexte qui correspond à une stratégie de marketing d’une compagnie ».

 

Angelo Tremblay – Écoutez 


 

Tablepanelistes
Les professeurs Aurélie Campana, Robin Vose (dos), Angelo Tremblay, Caroline Duchaine et Louis Bernatchez

 

 

 

 

 

 

 


 

Caroline Duchaine est professeure au Département de biochimie, de microbiologie et de bio-informatique.

   « Miser sur la recherche orientée ça m’a aidé à débuter ma carrière. Ça m’a ouvert des portes.

Il y a des changements de mentalité dans la façon dont les organismes publics financent la recherche orientée ».

 

Caroline Duchaine – Écoutez 


 

Louis Bernatchez, professeur au Département de biologie.

   « Il se produit un déséquilibre dans les investissements pour la recherche fondamentale.

L’industrie veut avoir le beurre et l’argent du beurre car de plus en plus le privé ne paie même plus sa part des projets de recherches, étant donné que les gouvernements en financent une part ».

 

Louis Bernatchez – Écoutez 

 


 

Retour sur la conférence – Le saccage de la recherche universitaire

 

Retour sur la conférence – Recensement canadien et politique: l’aveuglement volontaire